Tout passe par le corps

Notre corps c’est notre première maison, notre premier matériel, notre première relation. Façonné par notre héritage biologique et culturel, notre histoire et notre parcours dans la vie, il fait notre uniqueté et notre manière d’appréhender notre vie dans toutes les situations.

Le corps physique est le baromètre du vivant

Notre corps c’est notre interface avec notre environnement. Par les sensations de nos 5 sens premiers ; à savoir toucher, regarder, sentir, entendre, goûter ; nous construisons et nous vivons notre réalité. Aussi notre corps incarne, encaisse, stigmatise, relâche, vibre, parle, respire… Oui notre corps parle et nous parlons sans cesse de notre corps : « plein le dos, la boule au ventre, gonflé à bloc, sous pression »… Ces expressions idiomatiques* nous les employons quotidiennement, mais nous allons rarement plus loin dans la considération de ce qu’elles portent de signifiant quant à notre expérience de l’instant. Pourtant mon corps me dit où j’en suis vraiment, comment je vais réellement. C’est le présent ici et maintenant dans la situation concrète, le siège de notre chimie intérieure et de nos expériences émotionnelles.

Et si j’écoutais ce que me dit mon corps pour en savoir plus sur ce que je suis réellement en train de vivre ?

Tout ce qui ne s’exprime pas s’imprime dans le corps

Les émotions qui ne sont pas entendues ou exprimées ont tendances à se scléroser dans notre système neuro-végétatif, ce qui génère des tensions physiques et des blocages énergétiques. La plupart de nos maux et de nos douleurs corporelles quotidiennes proviennent de ces blocages, souvent non conscients pour l’esprit, mais inscrit dans nos cellules. Notre corps dispose de plusieurs dizaines de millions de neurones dans nos organes, majoritairement dans les viscères et dans le cœur. Ainsi il mémorise, traduit, exprime, interpelle, interagit avec nous dans ce que nous vivons. Alors que notre cerveau dispose lui de 100 milliards de neurones pour fonctionner, force est de constater que ce sont les empreintes corporelles de nos expériences qui priment sur la compréhension logique de la situation vécue. Ce sont elles qui altèrent notre perception de la réalité, conditionnent nos attitudes, nos réactions émotionnelles, provoquent des comportements inadaptés, et nous conduisent parfois jusqu’à la maladie.

Qu’est ce que je ressens dans mon corps là ici et maintenant ? Et quand j’évoque telle relation, telle situation ?

La sophrologie c’est l’expérience de notre corporalité

D’abord la pratique de la sophrologie relâche nos tensions physiques et démantèle nos zones de blocages. Puis elle nous fait prendre conscience de notre schéma corporel, c’est à dire de notre corps connu (physique et organique), de notre corps vécu (sensoriel et émotionnel) et de notre corps exprimé (postural, intellectuel et social). La méthode utilise l’expérimentation phénoménologique, c’est à dire que j’explore mon corps et mes sensations comme si c’était la première fois, sans jugement et sans analyse. J’observe le phénomène qui apparaît. C’est un parcours de recherche personnelle et de découverte de soi. En agissant de cette manière sur le corps nous agissons sur la conscience.

Et si notre capacité à évoluer dépendait de notre capacité à être en contact avec nos sensations et nos ressentis ?

Au delà du soulagement physique amené par la pratique de la sophrologie, le relâchement corporel, la concentration et l’intention portée dans l’exploration de notre sensorialité nous re-connecte plus subtilement avec nos sensations corporelles. Nous développons alors notre capacité à apprivoiser notre corps, à communiquer avec lui, ou plutôt nous même. Notre corps re-devient un allier et un guide. Alors il ne s’agit plus seulement de rechercher à se sentir mieux, mais de chercher à sentir mieux.

Allons à la rencontre de notre intuition

L’expérience subtile de notre corporalité nous ouvre les portes de la reconnaissance et de la bienveillance avec notre corps dans toutes ses dimensions : physique, social, expérientiel, affectif, émotionnel. Cette re-connexion à nous-même permet de relier et aligner le corps, le coeur et l’esprit. C’est ce mouvement intérieur volontaire qui nous permet d’entrer réellement en relation bienveillante et authentique avec nous même, pour être en mesure de rejoindre et d’écouter notre intuition. La tête pense, mais le corps sait. Et c’est cette connexion à notre sixième sens qui nous permet de nous connecter à nos ressources insoupçonnées, à notre propre rythme, à notre créativité, et qui nous permet de nous orienter plus justement dans notre vie, dans la compréhension et l’intégration de ce que nous vivons, plus proche de soi et de nos valeurs profondes.

Alexandre Jacquelin – Juillet 2017 – Site internet : www.passerelledevie.fr

*expression qui porte un sens par son tout et non par chacun des mots qui la composent, le plus souvent imagée ou métaphorique.

 

Les commentaires sont fermés.